Le Congé menstruel dans le monde : état des lieux des politiques et des débats
Blog CBD

Le Congé menstruel dans le monde : état des lieux des politiques et des débats

Jun 09, 2023

Les douleurs menstruelles, qu'il s'agisse de douleurs de règles, de crampes ou de dysménorrhée (douleurs lancinantes dans le bas-ventre), peuvent être particulièrement intenses. Ces douleurs peuvent être si fortes que certaines personnes menstruées doivent rester alitées. Et pourtant, ces douleurs sont souvent banalisées et trop peu prises au sérieux.

Une approche choisie récemment par nos voisins espagnols, a été d’instauré un congé menstruel, une avancée majeure pour la reconnaissance des douleurs menstruelles et de leur impact sur la vie professionnelle notamment.

Comprendre la dysménorrhée et le syndrome prémenstruel

La dysménorrhée, communément appelée "douleur des règles", est une condition qui peut causer des douleurs sévères dans le bas ventre. Le SPM, pour syndrome pré menstruel, quant à lui, est un ensemble de symptômes physiques et émotionnels qui précèdent les règles.

Ces conditions peuvent être si sévères qu'elles empêchent parfois toute activité pendant plusieurs jours.

Le congés menstruel

Le congé menstruel, un sujet qui suscite de plus en plus d'intérêt, est une période de repos accordée aux femmes qui souffrent de douleurs liées aux règles. Les premiers pays à adopter le congé menstruel l'ont fait pour répondre aux besoins des travailleuses qui souffraient de douleurs menstruelles sévères.

Nous parlons de femmes ici car comme on peut s’en douter dans la plupart des pays qui ont mis en place cette mesure, elle reste réservée aux personnes assignées femmes. 

Le Congé menstruel : état des lieux dans le monde

Le congé menstruel varie selon les pays, voici un aperçu : 

Japon

Depuis 1947, l'article 68 de la loi sur les normes du travail stipule que "lorsqu'une femme pour qui le travail pendant les périodes menstruelles serait particulièrement difficile demande un congé, l'employeur ne doit pas employer cette femme pendant les jours de la période menstruelle". Cependant, la loi japonaise n'exige pas que les entreprises offrent un congé payé ou une rémunération supplémentaire aux femmes qui choisissent de travailler pendant leurs menstruations.

Indonésie

Selon la loi du travail n° 13 de 2003, les femmes ont droit à deux jours de congé menstruel par mois, mais ces jours ne sont pas des congés supplémentaires.

Zambie

Depuis 2015, les femmes ont légalement droit à un jour de congé par mois en raison de leur politique de congé menstruel, connue sous le nom de "Mother's Day". Si une employée est privée de ce droit, elle peut légalement poursuivre son employeur.

Corée du Sud

Selon l'article 71 de la loi sur les normes du travail, les employées ont droit à un congé menstruel et reçoivent une rémunération supplémentaire si elles ne prennent pas le congé menstruel auquel elles ont droit.

Taïwan

La loi sur l'égalité des sexes dans l'emploi donne aux femmes trois jours de"congé menstruel" par an, qui ne seront pas calculés dans les 30 jours de "congé maladie commun", offrant aux femmes jusqu'à 33 jours de "congés liés à la santé" par an. Les trois jours supplémentaires ne sont pas payés une fois qu'une employée dépasse les 30 jours réglementés.

Italie

Une proposition a été faite en 2017 pour introduire une politique de congé menstruel. Le projet de loi aurait introduit une politique permettant aux entreprises d'offrir trois jours de congé payé aux femmes qui souffrent de crampes menstruelles sévères ; la politique n'a pas été adoptée.

France

Il n'y a pas de loi nationale sur le congé menstruel en France. Cependant, une entreprise à Montpellier a accordé un congé menstruel facultatif à ses employées (un jour par mois) en 2021.

Espagne

Depuis février 2023, l'Espagne offre trois à cinq jours par mois de congé menstruel payé. C'est le premier pays en Europe à instaurer une telle loi.

 

Et pour les personnes non assignées femmes ?

Les politiques de congé menstruel devraient être inclusives et prendre en compte les expériences de toutes les personnes qui ont des menstruations ou qui ressentent des symptômes liés à un cycle hormonal.

Cependant, la mise en œuvre de ces politiques peut varier considérablement d'un pays à l'autre et d'une entreprise à l'autre. Il semble que certaines entreprises et pays commencent à reconnaître le droit au congé menstruel pour les personnes transgenres notamment.

Par exemple, l'entreprise Zomato a introduit une nouvelle politique en 2020 qui accorde jusqu'à 10 jours de congé menstruel payé aux employé.e.s qui ont des règles, sans distinction de genre.

En Espagne, où le congé menstruel a été instauré en 2023, la législation n'exclut pas explicitement les personnes transgenres. Cependant, il n'est pas clairement indiqué si le congé menstruel s’appliquent également. Ceci reste donc à la discrétion de chaque employeur.

Les débats autour du congé menstruel

Le congé menstruel suscite de nombreux débats. Certain.e.s voient dans cette mesure une forme de discrimination, tandis que d'autres la considèrent comme une avancée majeure pour l'égalité.

Comme le souligne Aline Boeuf, doctorante en sociologie, qui a enquêté en 2020 pour son mémoire Vivre son cycle menstruel dans le monde professionnel: "Ce n'est pas forcément un congé menstruel qu'il faut à ces femmes, c'est un accompagnement pour prendre en charge ces troubles. Faire une loi reviendrait à homogénéiser une situation qui ne l'est pas. C'est politique, mais n'est-ce pas simpliste?".

Élise Thiébaut, journaliste et autrice de Ceci est mon sang, soutient le congé menstruel mais critique la formule espagnole, craignant qu'elle ne crée plus de discrimination à l’embauche pour les personnes souffrant d'endométriose par exemple.

Elle propose de permettre à chaque personne de disposer d'une dizaine de jours par an, indépendamment du genre, de l'âge, du sexe, qui pourraient être partagés selon un principe de solidarité.

 

Le congé menstruel est un sujet complexe qui touche à des questions de santé, de bien-être et d'égalité.

Si il est important de travailler collectivement à la reconnaissance et à la prise en charge des douleurs menstruelles, notamment dans le milieu professionnel, il est indispensable de ne pas créer de nouvelles discriminations à l’embauche ou entre les personnes assignées femmes et les personnes transgenre ou non binaire.

De plus au delà d’un aménagement du temps de travail pour permettre de gérer de façon plus vivable ces douleurs, il serait surtout primordiale que ces sujets soient pris en charge collectivement et politiquement pour apporter de réelles solutions de santé aux personnes concernées.

Sélection de produits

HOT !
Prix régulier €8,90
Prix de vente €8,90 Prix régulier €12,90
HOT !
Prix régulier €8,90
Prix de vente €8,90 Prix régulier €12,90
Prix régulier €55,90
Prix de vente €55,90 Prix régulier
Prix régulier €21,80
Prix de vente €21,80 Prix régulier €21,80
Prix régulier €40,80
Prix de vente €40,80 Prix régulier €40,80
HOT !
Prix régulier €52,90
Prix de vente €52,90 Prix régulier €62,80